Étiquette : littérature américaine

Le dernier message de Sandrine Madison

sandrine madisonLe dernier message de Sandrine Madison, c’est celui que cette femme de 46 ans, professeur d’histoire dans une université américaine de seconde zone, laisse sur sa table de chevet avant de se donner la mort par l’absorption massive d’antidouleurs, conjuguée à des antihistaminiques . Un message mystérieux où il est plus question de la reine Cléopâtre que des raisons de son geste. Un message qui intrigue assez la sergente dépêchée sur place pour qu’elle émette un doute sur le suicide supposé de Sandrine Madison. D’autant qu’un faisceau d’indices permet de supposer l’implication du mari, Samuel Madison, lui aussi professeur dans la même université. N’avait-il pas toutes les raisons de supprimer sa femme, lui qui la trompe avec l’épouse d’un de ses collègues et qui la savait condamnée à moyen terme à une longue agonie dont il aurait à subir les conséquences ? Et s’il avait préféré prendre les devants sur une mort de toute façon inéluctable ?

Samuel Madison, soutenu par sa fille unique Alexandria, clame son innocence. Mais les éléments sont assez nombreux pour qu’il soit déféré devant la justice américaine. Lorsque commence Le dernier message de Sandrine Madison de Thomas H. Cook, (paru dans sa version française aux éditions du Seuil), le procès de Samuel Madison commence dans la petite ville de Coburn (Géorgie), devant une foule de spectateurs vengeurs, pas mécontents de voir un universitaire notoirement imbu de sa personne, risquer la peine capitale.

Plus qu’un polar, Le dernier message de Sandrine Madison est d’abord un roman de prétoire. On suit au fil des jours le procès de Samuel Madison, aidé par un avocat coriace qui a juré à son client de lui éviter la potence. Au fil de flash-back et de témoignages plus ou moins accablants pour l’accusé, la relation entre Sandrine et Samuel, vieille de plus de 20 ans, est disséquée, interprétée, mise à nu par un procureur, plus que convaincu de la culpabilité de l’accusé et qui fait tout, jusqu’à humilier un témoin, pour en convaincre  les jurés. On comprend très vite la complexité cette relation qui s’est nouée entre espoirs, rêves, déceptions, aigreurs et même haine. Et on est perdu entre les différentes pistes qui s’ouvrent. Et si le forcément coupable Samuel Madison était finalement victime d’une machination diabolique ourdie par sa propre femme ? La vérité, vous l’aurez compris, est encore bien plus complexe, et c’est là où réside tout le talent de Thomas H. Cook, auteur que j’ai découvert complètement par hasard, et qui m’a tout autant séduite.

C’est sur le verdict que se referme ce roman au terme d’un suspens très finement mené. Bref, un livre que j’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver chaque soir, un livre parfait pour se détendre, un livre à mettre dans ses valises cet été.

 

 

Publicités

La maison des Turner

la maison des turnerDeux choses m’ont poussée à faire une demande de lecture de La maison des Turner aux Editions Les escales via le site Netgalley : Il y a longtemps que je n’avais plus lu de roman américain et, de surcroit, celui-ci se passe à Detroit, capitale de l’état du Michigan. Or, cet été, j’ai reçu chez moi deux jeunes américaines de cette région pendant une petite semaine, dans le cadre d’un échange culturel avec l’école de musique de ma ville. Cela me plaisait donc assez de plonger dans l’ambiance de cet endroit, dont je ne connais finalement pas grand chose.

Le voyage fut agréable. J’ai bien aimé ce premier roman d’une jeune afro-américaine, Angela Flournoy (traduction française de Anne-Laure Tissut), qui a reçu de nombreux éloges outre-Atlantique et a même été finaliste de plusieurs prix littéraires. La maison des Turner, la maison d’une famille afro-américaine qui compte 13 enfants devenus adultesest donc située à Detroit et quand s’ouvre le roman, elle est en plein désarroi : Mme Turner, veuve, malade et vieillissante, ne peut plus payer ses traites et la maison ne vaut plus un clou, du fait de la crise des subprimes. Elle est soignée chez son fils aîné, Charles, dit Cha-Cha, chauffeur poids-lourd de 64 ans. La question que tous les enfants se pose est donc : « Que faire de cette maison ? » Evidemment, chacun a son idée, qui ne correspond pas à celle du frère ou de la soeur, selon la situation sociale que chacun d’entre eux occupe.

La maison des Turner est un roman de famille. Et comme dans tous les romans de famille, l’auteure s’attache à raconter l’histoire de ses membres, quitte à laisser la question de départ « Que fait-on de la maison ? » en arrière-plan : Cha-Cha, le patriarche, dont la réussite sociale cache un profond mal-être, Lelah la plus jeune, embourbée dans des problèmes d’addiction au jeu ou encore Troy, ancien militaire devenu flic que la morale n’étouffe pas… Grâce à de nombreux retours dans le passé, au moment où les parents Turner, venus du sud, s’installent à Detroit, Angela Flournoy rappelle aussi la lutte à laquelle les Afro-américain ont dû se livrer pour obtenir le respect de leurs droits élémentaires. Le roman s’attache aussi à décrire la grandeur et la décadence de Detroit, florissante sous l’ère de l’industrie automobile et aujourd’hui, touchée de plein fouet par la crise.

La maison des Turner est un joli roman, plein d’émotion, d’humour aussi (sans tomber dans la caricature), qui se lit très vite et offre un très agréable divertissement. Sans être experte en culture américaine, je pense qu’il offre aussi un beau tableau de l’Amérique d’aujourd’hui.