Étiquette : Jean d’Ormesson

Dieu, les affaires et nous

d'ormesson

Jean d’Ormesson, grand témoin de ce siècle et du précédent, nous offre dans « Dieu, les affaires et nous » un demi-siècle de chroniques publiées dans Le Figaro entre le 10 mai 1981 (Arrivée de François Mitterrand au pouvoir) et le 7 janvier 2015 (attentat à Charlie Hebdo). Soit un pavé de près de 700 pages qui nous replonge dans l’histoire politique récente de notre pays mais aussi, plus généralement, dans les conflits, les heurts et les avancées qui ont émaillé le monde depuis 30 ans.

Jean d’Ormesson est un écrivain talentueux, doué d’une finesse d’esprit peu commune. Relire l’histoire sous sa plume est un donc vrai bonheur, même si cette relecture est forcément biaisée par les prises de position très affirmées de l’auteur. Jean d’Ormesson n’est pas un homme de gauche, tout le monde le sait, et cela transpire à toutes les pages. Il s’enflamme dès qu’il s’agit de socialisme « à la française », comme il dit, et plus encore de « communisme », pour lequel il n’éprouve qu’effroi et qu’il n’aura de cesse de dénoncer. En même temps, on sent chez Jean d’Ormesson un profond respect et une grande admiration pour l’homme de Lettres et de culture qu’était François Mitterrand. Même s’il ne lui pardonne rien en matière politique et économie. Cette admiration pour l’ancien président de la République rend d’autant plus incompréhensible le piédestal sur lequel Jean d’Ormesson place Nicolas Sarkozy, dont on ne peut pas dire que la littérature et la culture soient les premières préoccupations… Et cependant, l’auteur pardonne tout à Nicolas Sarkozy, mettant ses erreurs sur le compte d’une trop grande impulsivité et d’une volonté de n’être pas différent des hommes et des femmes du peuple.

Lire la suite