Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

Le nouveau nom (L’amie prodigieuse II)

lenouveau nomLe 2ème tome de la saga italienne d’Elena Ferrante Le nouveau nom, paru aux Editions Gallimard (mais disponible en format poche) m’a encore plus enthousiasmée que le premier, L’amie prodigieuse. Pas besoin de mettre en place, ici, toute une série de personnages, l’histoire démarre immédiatement. Nous retrouvons avec grand plaisir Elena et Lila, désormais toutes les deux âgées de 16 ans, dans le même quartier populaire de Naples où nous les avions laissées. Nous sommes au tout début des années 60. Lila vient d’épouser Stephano, riche épicier qui n’a pas hésité à s’associer à une famille locale notoirement mafieuse pour faire fructifier ses affaires. Pendant ce temps, Elena poursuit ses études au lycée, dépitée de voir son amie, si brillante, se résoudre à n’être que l’épouse soumise d’un épicier sans aucune culture. Toujours secrètement amoureuse du beau, énigmatique et cultivé Nino Saratorre, elle parvient à entraîner son amie Lila, qui s’est aperçue combien son mariage a été une erreur, dans des vacances sur l’île d’Ischia, au large de Naples, là, où justement Nino passe du bon temps avec sa famille et l’un de ses amis. Hélas pour Elena, rien ne va se passer comme prévu et Lila va lui montrer une facette de sa personnalité pour le moins déroutante, l’entraînant dans une cascade de conséquences plus ou moins graves…

Dans ce 2ème tome, Elena et Lila sont adolescentes puis jeunes adultes. Leur relation s’étoffe et se complexifie, leur vie aussi et c’est sans doute pourquoi j’ai trouvé ce tome 2 plus intéressant que le 1 (qui m’avait pourtant déjà bien plu). Elena, malgré ses origines populaires, a la chance de poursuivre ses études. Lila, pourtant aussi intelligente et brillante, n’a pas cette chance, son père s’y étant farouchement opposé, dans une société encore très largement patriarcale. Jalouse d’Elena, Lila l’est certainement. Pour preuve, ce mariage précipité avec un riche commerçant alors qu’elle n’a que 16 ans, comme si elle voulait se prouver à elle-même, et aux autres, qu’être une femme établie et respectée était le summum de la réussite. Bien plus qu’être étudiante comme Elena, laquelle a toujours l’air de « subir » cette relation. Fière de pouvoir étudier, consciente de ne plus tout à fait appartenir au même monde, consciente de « s’émanciper » de son milieu, elle n’en reste pas moins admirative de Lila, et comme soumise à ses désirs, ses provocations, ses outrances et ses débordements, quelles qu’en soient les conséquences.

Elena Ferrante brosse de beaux portraits de jeunes femmes. Elle parvient même à les rendre plus vraies que nature, tout comme la ribambelle de personnages secondaires. L’ambiance de cette Naples fourmillante est tout aussi bien rendue. C’est sans doute ce qui rend cette lecture si plaisante et si addictive. Le roman à peine terminé, on a juste envie de se précipiter sur le tome suivant afin de savoir quels chemins vont prendre Lila et Elena.

Publicités
Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

L’amie prodigieuse

l'amie prodigieuseJe ne connaissais pas du tout Elena Ferrante. J’en ai seulement entendu parler lorsqu’elle a sorti il y a quelques mois le 3ème tome de sa trilogie largement autobiographique L’amie prodigieuse, dont l’émission littéraire de France 5 « La grande librairie » s’est fait l’écho. Le fait qu’Elena Ferrante soit le pseudonyme d’une auteure italienne dont on ne sait rien, qui n’a jamais montré son visage, qui a même refusé un prix littéraire prestigieux pour rester incognito, malgré les centaines de milliers de livres qu’elle vend partout dans le monde, m’a fascinée et intriguée. J’ai donc acheté le premier tome de la trilogie, L’amie prodigieuse, initialement sorti chez Gallimard, mais désormais disponible en format poche.

La libraire m’avait mise en garde, me précisant que le premier tome de la saga servait aussi à installer toute une série de personnages, ce qui avait découragé certains lecteurs, perdus au milieu de personnages dont ils avaient du mal à retenir les noms et les liens les uns avec les autres. Alors, oui, c’est vrai. Beaucoup de familles à rallonge se croisent dans ce quartier populaire de Naples des années 50, entassées dans leur petit appartement au confort sommaire. Il y a les fils et les filles du garagiste, du pâtissier, du cordonnier, du conducteur de train, poète à ses heures. Il y a aussi les fils d’un riche caïd dont on dit qu’il pourrait être lié à la Camorra napolitaine. Et puis, il y a Elena, fille d’un portier de la mairie de Naples, la narratrice de cette histoire, et sa meilleure amie, Lila. C’est de cette amitié entre deux enfants, puis deux adolescentes dont il est question dans ce premier tome. Une amitié très forte, presque fusionnelle entre deux filles, issues du même milieu populaire mais dont les destinées vont suivre des chemines différents, l’une poussée par son institutrice à poursuivre ses études, l’autre se mariant à 16 ans avec un riche artisan du quartier. L’une échappant à son milieu, l’autre s’y complaisant, en toute connaissance de cause. Voilà résumée en quelques lignes l’histoire de L’amie prodigieuse.

Je dois avouer que le livre à peine refermé, je n’avais qu’une envie : me précipiter sur le 2ème tome afin de savoir comment Elena et Lina allaient évoluer et devenir adulte. Parce qu’Elena Ferrante a une très belle plume, parce qu’elle décrit avec un talent extraordinaire la Naples populaire des années 50, dont elle en restitue l’ambiance avec bonheur, parce qu’elle sait faire aimer ses personnages, mêmes les moins sympathiques, parce qu’elle relate avec beaucoup de finesse les hauts et les bas des relations humaines et parce qu’elle glisse des touches d’humour jubilatoire au fil des pages. Si vous êtes fan des grandes sagas familiales, si vous avez envie de vous plonger dans l’ambiance populaire du Naples des années 50, alors, précipitez-vous sans tarder sur L’amie prodigieuse. Vous ne pourrez pas être déçus. Pour ma part, je m’en vais me plonger dans le tome 2.

A noter que cette trilogie est en passe de devenir une quadrilogie puisque le quatrième et dernier tome de la saga doit sortir cet automne. Il vous reste quelques mois pour avaler les trois premiers !