Étiquette : Agatha Raisin

Pour le meilleur et pour le pire (Agatha Raisin)

agatha raisin 5Alors voilà. Je viens de terminer ma 3ème ou 4ème enquête d’Agatha Raisin, la Miss Marple version déjantée qui sévit dans un petit village des Cotswold dans le sud-ouest de l’Angleterre et créée par la Britannique M.C. Beaton (publié en France chez Albin Michel). J’aime bien cette enquêtrice et j’aime bien l’ambiance tellement british que je retrouve à chacune de mes lectures. C’est une série de polars qui ne se prennent pas vraiment au sérieux, avec des personnages toujours un peu caricaturaux et des situations un peu trop incroyables pour être crédibles. Mais je les lis toujours avec plaisir, comme un moment de détente, entre deux romans un peu plus sérieux peut-être. Une enquête d’Agatha Raisin, c’est comme une récréation qui ne dure pas assez longtemps.

Quelques mots sur cette enquête, quand-même : Agatha Raisin et son séduisant (quoiqu’un peu coincé) voisin James Lacey ont décidé de se marier. Mais ils ne savent pas que l’ancien associé d’Agatha a décidé de se venger de l’attitude cavalière que cette dernière a eu à son égard en engageant une détective privée pour retrouver le premier mari d’Agatha. Avec lequel elle est toujours mariée mais qu’elle croit mort depuis longtemps. Or, la détective privée parvient à retrouver le mari, bien vivant mais alcoolique, qui a élu domicile dans des cartons sous le pont Waterloo à Londres. Celui-ci se présente donc à la mairie, faisant, du même coup, capoter le mariage… avant d’être assassiné le lendemain. Désormais officiellement veuve, Agatha et son ex futur mari n’en sont pas moins soupçonnés du meurtre. Mettant sa rancoeur de côté pour sauver son honneur, James accepte de s’associer avec Agatha afin de démasquer le vrai ou la vraie coupable.

Dans cette enquête, on retrouve tout ce qui fait le charme de la campagne anglaise : les soirées caritatives ou culturelles organisées par « le club des dames » du village, l’incontournable femme du pasteur et bien-sûr, le pub. Au milieu de cette désuétude assumée, Agatha Raisin apporte son petit grain de folie, doublé d’un culot phénoménal pour résoudre, bien entendu, une enquête où les témoins sont méticuleusement assassinés les uns après les autres et où les enquêteurs officiels patinent, plus préoccupés par leurs affaires de coeur que par leur envie d’innocenter James et Agatha.

Si la grisaille automnale vous attriste, laissez-vous tenter par Agatha ! Sa bonne humeur et ses frasques ne pourront que vous redonner le moral !

Publicités

Agatha Raisin enquête : La quiche fatale

Il y a déjà quelque temps que j’étais intriguée par la série Agatha Raisin enquête de la britannique M.C. Beaton, dont la traduction française est parue chez Albin Michel (mais désormais disponible en format poche). Le nom improbable de l’héroïne m’avait bien-sûr interpellée, de même que la couverture très colorée de chacun des ouvrages de la série. Pas assez, toutefois, pour me décider à acheter le premier tome. Il aura fallu la chronique élogieuse du tome 4 parue sur le blog de ChocolatCannelle dont vous trouverez le lien ici pour que je me laisse tenter. J’ai donc acheté La quiche fatale, premier tome de la série. Et ce fut un divertissement bien agréable que de le lire. J’écris « divertissement » car rien n’est jamais tout-à-fait sérieux avec Agatha Raisin. Evidemment, tout rapprochement avec Agatha Christie n’est pas du tout fortuit. Il y a le prénom, d’abord, mais aussi ce nom de famille, « Raisin » qui n’est pas sans rappeler le « Poirot » d’Hercule. Et puis, il y a dans cette Agatha Raisin un je ne sais quoi de Miss Marple, en beaucoup plus déjanté s’entend. Le village des Cotswolds (région de l’Ouest de l’Angleterre, au-dessus de la Cornouaille) où cette dynamique et tyrannique célibataire (elle est sans nouvelle de son mari depuis bien trop longtemps pour être encore considérée comme mariée), sans enfant, vient s’établir à l’âge de la retraite après avoir fait fortune en dirigeant une agence de communication et relations publiques à Londres, ressemble en tous points au Saint Mary Mead de Miss Marple. Mêmes cottages coquets, mêmes jardins bien entretenus et verdoyants, même révérend, mêmes dames patronnesses soucieuses du qu’en dira-t-on et de leurs bonnes oeuvres, même major à la retraite, mêmes concours de villages, mêmes pubs où l’on vient refaire le monde devant une pinte ou deux, mêmes rituels autour du thé… Ambiance british à 200 %. Seulement, Agatha Raisin est beaucoup plus rock’n Roll que Miss Marple ne le fut. Pourtant, si son arrivée ne passe pas inaperçue, elle ne révolutionne pas non plus plus la vie du village. Pour tuer l’ennui, Agatha Raisin tente le tout pour le tout : Participer au concours de quiches maison organisé par le comité des dames local. Hélas, le président du jury meurt après avoir avalé un morceau de la quiche qu’Agatha avait achetée chez un traiteur londonien. Notre héroïne, obligée d’avouer sa supercherie, décide de laver son honneur en découvrant l’assassin.

Bien-sûr, la série Agatha Raisin enquête est une série policière. Mais je ne suis pas sûre que les « vrais » amateurs de polars bien ficelés, d’intrigues alléchantes et de suspens se retrouvent dans cette série, dont le principal atout est son humour et les situations improbables dans lesquels Agatha Raisin ne manquent pas de se fourrer. Le meurtre, l’intrigue policière ne sont que des prétextes pour croquer, avec talent, la vie d’un petit village anglais, perdu au fin fond de nulle part et de dessiner des personnages de fort belle manière. Je le redis : Cette série offre un très agréable divertissement, si tant est que l’ambiance so british soit votre tasse de thé. En ce qui me concerne, je compte bien m’attaquer à tous les tomes de la série, qui en compte plus de vingt (le premier est sorti en 1992 en Angleterre), même si, actuellement, quatre seulement ont été traduits en français.