Le train bleu

train bleuParfois, il m’arrive d’avoir envie de replonger dans mes classiques. Les romans d’Agatha Christie, dont j’ai commencé la lecture quand j’avais 12 ans, en font partie. Je les ai tous lus au moins une fois. Si ses plus célèbres sont gravés à jamais dans ma mémoire, il en est d’autres dont j’ai tout oublié de l’intrigue. Ainsi Le train bleu dont je viens de terminer la relecture avec un plaisir infini. Et pourtant, un article trouvé par hasard sur le net m’apprend qu’Agatha Christie n’aimait pas ce roman, publié en 1928 en Grande-Bretagne et en 1932 en France. Qu’importe ! Puisqu’on y retrouve tout ce que j’aime chez cette écrivaine : Une ambiance victorienne à souhait, une riche héritière, un lord ruiné, un énigmatique voleur de bijoux, un Hercule Poirot au meilleur de sa forme, un train mythique et… un meurtre. Oui, un seul meurtre… ce qui n’est pas si courant dans la longue liste des romans d’Agatha Christie où bien souvent le meurtrier ou la meurtrière est contraint de tuer à nouveau pour échapper à un maître chanteur ou réduire au silence un témoin gênant.

Dans le mythique « Train bleu » qui relie Calais à Nice, une riche héritière américaine mal mariée à un lord anglais coureur de jupons, joueur et sur le point d’être ruiné est assassinée. Or, l’héritière venait d’engager une procédure de divorce. Autre fait troublant : sa mallette qui contenait pour plusieurs centaines de milliers de francs de bijoux a disparu. De même que sa femme de chambre… La police niçoise enquête sans parvenir à grand chose. Heureusement pour elle, dans le train bleu, à quelques compartiments du lieu du crime, se trouvait Hercule Poirot, jeune retraité en partance lui aussi pour la Riviera. Evidemment, la police française est soulagée de pouvoir faire équipe avec l’illustre détective belge qui n’en demandait pas tant.

Le fait que Le train bleu se passe en France n’a pas été pour me déplaire. A travers les lignes, on sent combien Agatha Christie, qui a vécu en France pendant son enfance et qui parlait couramment le français, aimait notre pays et plus encore sans doute la Côte d’Azur. Comme à l’habitude, la romancière s’y entend à merveille pour multiplier les fausses pistes et laisser Hercule Poirot nous rouler dans la farine. Jusqu’au dernier chapitre. Le plus rageant est de se dire que tout était pourtant sous notre nez et qu’après avoir tant lu de livres de cette auteure, on se laisse encore berner.

Bref, ce fut une lecture bien plaisante, bien distrayante. Près de 100 ans après avoir été écrits, les romans d’Agatha Christie restent vraiment une valeur sûre. C’est certain, j’en glisserai un ou deux dans ma valise cet été !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s