La Serpe

la serpeJe viens de terminer un énorme pavé : Les 650 pages de La Serpe de Philippe Jaenada. Il m’aura fallu pas loin d’un mois pour en venir à bout. Ce fut une lecture plaisante. Même si j’avoue avoir un peu décroché, un peu survolé certains passages dont le souci du détail et de la précision ont fini par me peser.

Je ne connaissais pas Philippe Jaenada. C’est une de mes cousines, séduite par son précédent ouvrage, La petite Femelle, qui me l’a conseillé. Tombant par hasard sur La Serpe (Prix Fémina 2017, paru aux éditions Julliard) dans une librairie, j’ai été convaincue par le résumé en 4ème de couverture. Car La Serpe n’est pas un roman comme un autre. Il raconte l’histoire d’un fait-divers atroce non élucidé, qui s’est passé dans le Périgord pendant la 2ème Guerre mondiale, et que Philippe Jaenada s’est promis de tirer au clair. Pour moi qui suis fan d’émissions telles que « Faites entrer l’accusé » ou bien « Chroniques criminelles », ce roman apparaissait comme une belle promesse.

Sur bien des points, cette promesse a été tenue. Revêtant les habits d’un Hercule Poirot ou d’un Sherlock Holmes, Philippe Jaenada se met en scène dans sa quête de la vérité. Et c’est plutôt réussi, tant ses multiples digressions, ses connivences avec le lecteur (qui m’ont valu sans doute l’un de mes plus gros fou-rires de lectrice) font mouche. Rien que pour cette écriture, cet humour, ce livre vaut le coup d’être lu. L’enquête mène Philippe Jaenada dans le Périgord, sur le lieu de la tragédie qui s’est passée quelques 70 ans plus tôt. Retour sur ce drame : Un soir d’octobre 1941, Georges Girard, sa soeur Amélie et leur domestique Louise sont sauvagement assassinés à coups de serpe dans le château familial. Le lendemain, le fils de Georges, Henri, 24 ans, qui dormait à l’étage dans une autre aile du château découvre le massacre. L’enquête, bâclée, démontrera que personne n’a pu entrer dans le château par l’extérieur. Henri Girard fait très vite figure de seul suspect, alors même qu’il clame haut et fort son innocence. Incarcéré pendant près de deux ans, condamné par l’opinion publique avant même son procès, il sauve sa tête grâce à la pugnacité de son avocat, le très réputé et parisien Maurice Garçon. L’annonce de son acquittement crée de vives tensions autour du tribunal de Périgueux. Pendant des années et des années, la population locale -paysanne et ouvrière- vivra avec le sentiment qu’on a acquitté un assassin, protégé par son statut de « notable ». Blanchi par la justice, Henri Girard hérite de la fortune de son père, la dilapide rapidement, et part se faire oublier en Amérique du Sud où il fera tous les métiers. C’est cette expérience qui servira de décor à l’un de ses plus célèbres romans Le salaire de la peur, publié sous le pseudonyme de Georges Arnaud. En l’adaptant au cinéma en 1952, Henri-Georges Clouzot lui apportera une certaine renommée et surtout la fortune. Journaliste, écrivain, agitateur, libertaire, cynique, Henri Girard mènera une vie de bohême, tour-à-tour riche ou pauvre, ne revenant sur le drame de sa jeunesse qu’à de rares exceptions et toujours pour réaffirmer son innocence. Il est décédé en 1987.

Philippe Jaenada a choisi de bâtir son roman en trois parties : Il commence par raconter la vie d’Henri Girard, qui fut foisonnante et passionnante à bien des égards, sans rien cacher de ses défauts ou de ses manquements, tout en occultant complètement la période entre le drame et l’acquittement. Puis, il revient longuement sur les circonstances du crime et sur l’enquête qui a suivi qui conduisit à voir en Henri Girard le seul assassin possible. Ces deux parties sont pour moi les plus intéressantes du roman. Bien documentées, elles sont aussi très bien racontées. Et puis, dans un dernier acte, « l’inspecteur » Jaenada commence le démontage point par point de l’instruction et tend à prouver que l’assassin n’était pas celui que l’on croit. Evidemment, c’est à un travail faramineux que s’est attaqué l’auteur qui a lu et relu l’ensemble des archives et PV d’audition qui ont été consignés à l’époque et rencontré des descendants des témoins du drame. Il s’est astreint aussi à une étude minutieuse de la vie d’Henri Girard et de ses écrits, notamment ses romans et interviews. Et il faut vraiment saluer ce travail remarquable.

Toutefois, même si cette quête de la vérité est très intéressante, même si on la suit avec un certain bonheur, même si on finit par se dire que les déductions de Philippe Jaenada ne doivent pas être loin de la vérité, même si l’écriture de ce roman -qui se lit comme un polar- est assez jubilatoire, j’avoue, comme indiqué au début de cette chronique, que je me suis parfois perdue entre les témoignages des uns et des autres, les précisions apportées, les expériences menées par l’auteur pour prouver ses dires. (Ces vécés désaffectés, finalement, pouvait-on oui ou non en ouvrir la petite fenêtre pour pénétrer dans le château ? Philippe Jaenada explique, démontre, fait des suppositions, redémontre, contrecarre l’instruction… Bref, au bout d’une quinzaine de pages, cela finit par lasser. Surtout quand il y revient encore quelques pages plus loin). Malgré tout, et ce sera ma conclusion, La Serpe reste un très bon roman, qui se lit sans déplaisir, surtout si on est amateur de polars ou d’énigmes à la Roulatabille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s