Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

L’affaire Protheroe

l'affaireL’affaire Protheroe n’est pas à proprement parlé un « grand » roman d’Agatha Christie, comme peuvent l’être Dix petits nègres, Le crime de l’Orient-Express, Le meurtre de Roger Ackroyd ou encore Mort sur le Nil, des romans dont je n’ai jamais rien oublié de l’intrigue une fois lus tant ils m’ont marquée. C’est un roman que j’avais lu il y a déjà longtemps (je crois avoir tout lu d’Agatha Christie) et que j’ai eu plaisir à retrouver dans ma bibliothèque. Je ne me souvenais absolument pas de l’histoire. Le plaisir de m’y replonger était donc deux fois plus grand.

L’affaire Protheroe est sorti en 1930 en Grande-Bretagne, en 1932 en France. J’en ai lu une vieille édition sortie chez France-Loisirs il y a plus de 10 ans. Ce roman met pour la première fois en scène la fameuse Miss Jane Marple, vieille demoiselle attachante dont le plus grand plaisir est de résoudre les meurtres qui ne manquent pas de se produire dans son petit village de St-Mary-Mead en Angleterre. Miss Marple adore rien moins que d’observer ses congénères. Certains diraient espionner. Cette occupation lui permet, en tous cas, de comprendre avant tout le monde (et surtout la police) qui est le meurtrier, en ne quittant quasiment pas sa petite maison au jardin impeccablement entretenu.

Le colonel Protheroe habite avec sa deuxième épouse et sa fille, jeune adulte, à St Mary-Mead où son caractère tatillon et grognon l’ont rendu impopulaire auprès de presque tous habitants du village. Alors qu’il vient de s’arroger le droit de contrôler les comptes de l’église pour s’assurer qu’il n’y a pas de détournement de fond, voilà qu’il est retrouvé assassiné d’une balle dans la tête, dans le bureau même du pasteur. Alors qu’un jeune artiste installé récemment au village, avec qui le colonel s’était violemment disputé, vient s’accuser du crime, Miss Marple décide de mener l’enquête en parallèle de celle de l’antipathique inspecteur Flem, dépêché sur place.

C’est vraiment un chouette moment de lecture que j’ai passé. Quel bonheur de replonger dans ses classiques, de retrouver l’ambiance campagnarde de l’Angleterre des années 30 et ses personnages récurrents :  le vieux major en retraite, le colonel acariâtre, les vieilles filles curieuses, les jeunes filles aux velléités d’émancipation, le doux pasteur et sa femme, l’amant ou l’amante qu’il faut cacher, le respectable notable qui s’avère être un escroc… Quel bonheur de se laisser porter par sa lecture et berner par l’auteur. Car Agatha Christie s’y entend à merveille -forcément- pour multiplier les fausses pistes et les rebondissements jusqu’à ce que, avec une simplicité déconcertante, Miss Marple ne dévoile le nom de l’assassin.

Une bien belle petite récréation littéraire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s