Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

Les jours d’après

les jours d'aprèsC’est un livre qui se lit vite, un peu comme une récréation, et qui devrait plaire à toutes celles et tous ceux qui, comme moi, aiment regarder la politique et leurs actrices et acteurs depuis le rideau des coulisses. Paru aux éditions de l’Observatoire, Les jours d’après, écrit à quatre mains par Patrice Duhamel et Jacques Santamaria, raconte, en effet, les jours d’après la débâcle, la défaite ou encore la trahison d’hommes et de femmes politiques depuis le Général-de-Gaulle et jusqu’à François Hollande, Alain Juppé, François Fillon, Manuel Valls ou Nicolas Sarkozy, pour les plus contemporains, « victimes » de la dernière campagne présidentielle.

Pour se faire, les deux auteurs sont partis du postulat que « toute vie consacrée à l’action publique se trouve bouleversée par un moment douloureux : celui où tout s’arrête ». Ils se sont appuyés aussi sur de nombreux livres écrits par les personnalités elles-mêmes ou leurs proches, sur des interviews données dans les journaux de l’époque, sur des documentaires télévisuels, ou sur les témoignages de proches qui ont vécu les événements au plus près . Le résultat est très plaisant. Car au delà de ses anecdotes, parfois croustillantes, ce livre dévoile des caractères, des stratégies, des rébellions, des sursauts, des fuites, des retours-gagnants, des retours-perdants, des douleurs, des démissions, des colères, des trahisons et montre combien l’adversité peut transcender les hommes et les femmes… ou pas. De la célèbre fuite à Baden-Baden du général-de-Gaulle en 1968, à la traversée du désert de François Mitterrand au début des années 60, en passant par la dépression de Giscard d’Estaing en 1981 et celle de Jacques Chirac en 1995, la stupeur et la tristesse de Juppé au soir du premier tour de la Primaire de la droite en novembre 2016 ou celles de Jospin au soir du 21 avril 2001, la descente aux enfers et le déni de François Fillon en avril 2017, le retour raté et la rage de de Nicolas Sarkozy en 2016. Mais, à son corps défendant sans doute, ce livre démontre aussi, s’il était besoin, combien la politique est aujourd’hui encore, largement dominée par les hommes puisque sur les 23 personnalités présentées, seules trois sont des femmes : Marine Le Pen, Ségolène Royal et Simone Veil, dont les auteurs s’attardent longuement sur le combat pour le droit à l’avortement, que cette femme d’Etat vécu comme un chemin de croix.

Comparant l’histoire avec la politique à une histoire d’amour, les deux auteurs avancent finalement un constat : Le défaut des hommes et des femmes politiques n’est-il pas de ne pas vouloir se préparer à ce jour où le pouvoir les quittera ?

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s