Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

L’homme au fond

Il m’aura fallu deux soirées pour lire L’homme au fond, un court roman (140 pages) d’Olivier de Solminihac, paru aux Editions de L’Olivier. Originaire de Lille, cet auteur est surtout connu pour ses ouvrages jeunesse qu’il publie régulièrement à L’école des Loisirs. C’est la première fois que je lisais ce romancier, rencontré au hasard d’un salon du livre. Si j’ai eu envie de découvrir L’homme au fond, c’est parce qu’une grande partie de l’intrigue se passe à Dunkerque. Or, il se trouve que Dunkerque est ma ville natale et que j’y suis toujours très attachée. Même si je sais qu’il y a bien d’autres endroits plus sympathiques pour naître, plus glamour, plus exotiques, moins ploucs oseront certains, Dunkerque est MA ville. Il paraît que ce sentiment d’appartenance est commun à tous les natifs de cette commune, parmi les plus septentrionales de France, nichée entre la Belgique (à l’est) et l’Angleterre (au Nord).

L’Homme au fond m’a plu d’abord pour l’écriture d’Olivier de Solminihac. J’ai adoré sa façon de décrire le quotidien, les choses banales qui font la vie, les sentiments, les humeurs… J’ai adoré aussi ses descriptions de Dunkerque, le Dunkerque d’il y a 25 ans, qui devient quasi un personnage du roman. Je pense que l’auteur et moi devons avoir plus ou moins le même âge et avoir vécu à Dunkerque plus ou moins au même âge. C’est vrai, c’est là tout-à-fait subjectif je vous l’accorde, ça m’a fait plaisir de retrouver  le Dunkerque d’avant, avec ses enseignes disparues et ses endroits aujourd’hui complètement redessinés.

Il m’est difficile d’écrire un résumé de ce roman car, bizarrement, il n’est pas construit autour d’une intrigue, avec un début et une fin bien définie. L’homme au fond raconte la vie d’un narrateur -qui dit « nous » et pas « je » quand il s’exprime- depuis sa petite enfance jusqu’à l’âge adulte, par petites touches emplies d’émotion. Arrivé à l’âge adulte, justement, le narrateur achète une maison à Rosendäel, un quartier de Dunkerque, pour y loger sa famille. Il est dérangé dans sa vie de tous les jours par le regard incessant d’un homme sans âge qui les observe en fumant depuis le vasistas de son appartement, qui surplombe le fond de son jardin. Par sa présence insidieuse, l’homme au fond perturbe le quotidien du narrateur et de sa famille, qui, et c’est une digression dont je n’ai toujours pas trouvé le  sens après avoir refermé le livre, se mettent à faire des recherches l’histoire de Dunkerque pendant la 2ème guerre mondiale à la faveur d’une plaque commémorative trouvée sur un mur voisin. S’ensuit plusieurs chapitres sur l’Opération Dynamo, événement très important de la 2ème guerre mondiale que nos manuels d’histoire n’ont pas retenu mais que vient de remettre au goût du jour le cinéaste anglais Christopher Nolan dans son film de guerre « Dunkirk ». Et pendant ce temps, l’homme au fond observe toujours, sans que les tentative de la famille pour le déloger ne réussissent.

Bref, un roman écrit d’une plume particulièrement belle, qui interroge sur la condition humaine tout en subtilité mais déroutant aussi par bien des aspects.

Publicités

Un commentaire sur « L’homme au fond »

  1. J’ai lu Nous n’avons pas d’endroit où vivre d’Olivier de Solminihac et j’ai eu le plaisir de le rencontrer lors d’une séance de dédicace au Virgin du pôle Marine. J’ai beaucoup aimé son écriture. Cela me faisait penser à mon système de pensées, de réflexion. Je me suis dit « ouah c’est pareil dans ma tête ». Il a bien vécu à Dunkerque. Il a fréquenté le lycée des Dunes d’où sa connaissance de la ville, je pense.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s