Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

L’amor dans l’âme

lamor-dans-lame

Pour avoir déjà échangé à plusieurs reprises avec elle, je devine que Sandra Mézière a la sensibilité à fleur de peau et qu’elle déteste par dessus tout la tiédeur, surtout quand il s’agit de sentiments. Son premier roman L’amor dans l’âme, paru aux Editions du 38, est à son image : Sensible et passionné. C’est un magnifique roman qui parle d’amour et de deuil. Amour contrarié, malmené, déçu, incompris mais absolu. Deuil impossible quand apprivoiser l’absence est trop difficile.

24 mai 2014. Festival de Cannes. Blanche, une jeune actrice très remarquée lors de la présentation en compétition officielle du cours-métrage dans lequel elle a le rôle principal, est retrouvée assassinée dans une chambre de l’hôtel Majestic. Qui pouvait en vouloir à cette jeune femme promise à un si brillant avenir ? Grâce à de nombreux flash-back, Sandra Mézière nous raconte l’histoire de Blanche, en pointillé, pour mieux ménager le suspens… De chapitre en chapitre, de rencontre en rencontre, de loupé en loupé, de non-dit en non-dit, d’espérance en espérance, de festival en festival, on comprend que le destin de la jeune femme est en marche… Rien ne pourra désormais arrêter l’engrenage qui la mène inexorablement à la mort.

J’ai vraiment adoré ce roman, à la chute très surprenante, qui nous fait plonger, qui plus est, dans les méandres du festival de Cannes. Sandra Mézière est une habituée de cet évènement qu’elle couvre depuis 15 ans. Ses descriptions des lieux, des ambiances, des relations qui s’y jouent, des fêtes, sonnent donc particulièrement justes, d’autant que l’auteure n’hésite pas à en dénoncer aussi les aspects les moins glamours. Non, tout n’est pas que calme, luxe et volupté à Cannes…

J’ai beaucoup aimé aussi la plume de Sandra Mézière et le don exceptionnel qu’elle a pour faire passer les émotions, pour parler de la douleur de l’absence et pour sublimer l’amour. Jusqu’à la mort. Son roman est vraiment une très belle découverte.

Je terminerai cette chronique par un petit clin d’oeil. Mon film préféré : Sur la route de Madison, de Clint Eastwood, à égalité avec Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau. Celles et ceux qui se plongeront dans la lecture de L’amor dans l’âme comprendront…

Si vous souhaitez mieux connaître Sandra Mézière, ici le lien vers l’interview qu’elle a eue la gentillesse de m’accorder il y a quelques semaines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s