Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

Le fils prodigue

le-fils-prodigueAvec Le fils prodigue paru aux Editions du 38, Jean-Baptiste Ferrero signe le grand retour de son héros, le détective privé Thomas Fiera, qui traîne son cynisme, sa sensibilité à fleur de beau, son aigreur, sa détestation des cons de tous bords et sa prompte envie de cogner depuis cinq romans. Ce don pour la critique facile ajouté à la très haute opinion qu’il a de lui-même pourraient rendre Thomas Fiera fort peu sympathique. Et pourtant, c’est tout le contraire qui se produit au fil des rencontres avec ce héros pas ordinaire. Parce qu’il suffit de gratter un peu pour découvrir un homme profondément blessé par la vie, qui consacre la sienne à aider autrui, avec un enthousiasme qui frise le jusqu’auboutisme, une propension à attirer les ennuis assez exceptionnelle et une bande d’amis aussi (voire plus) déjantés que lui. Bref (comme dirait Thomas Fiera).

Avec Le fils prodigue, Thomas Fiera se voit entraîner dans une aventure que n’aurait pas renié James Bond. Un vieil ami, gangster ayant fricoté avec l’ETA, et qui, au passage, lui a piqué son premier amour, l’appelle à l’aide : Son fils vient d’être jeté en prison après avoir été retrouvé à côté du corps sans vie d’un homme chez Biotec, un laboratoire réputé où il était employé comme laborantin. Bizarrement, le fils de son ami se laisse accuser et accepte son sort, sans réagir. Comme s’il avait peur. Ou comme s’il voulait protéger quelqu’un. Intrigué, Thomas Fiera met sa rancœur de côté (rapport au premier amour volé) et accepte de voler au secours du fils de son ancien ami. Mais, est-ce vraiment le fils de son ami ?

Pour démêler le vrai du faux de cette sombre histoire où certains se plaisent à faire joujou avec la génétique en dehors de toute éthique, Thomas Fiera devra sortir les gros moyens. De Paris à Barcelone, de Barcelone aux Pyrénées, des Pyrénées à Paris, et de Paris à l’Andalousie, ça va cogner vite, fort et bien, selon les méthodes désormais bien rodées de Thomas et de sa bande de potes. Pas de temps mort dans ce récit haletant qui tient toutes ses promesses en termes de suspens et de rebondissements. Avec un Thomas Fiera qui laisse tomber l’armure, qui ose accepter un amour très inattendu, et qui retrouve, un peu, l’envie de faire confiance à la vie. Comme si Jean-Baptiste Ferrero avait voulu montrer une autre facette de son héros, qui est aussi, par bien des aspects son double littéraire. Une belle réussite.

Cette chronique vous donne envie de mieux connaître l’auteur Jean-Baptiste Ferrero ? Retrouvez son interview ici !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s