Publié dans Une femme et des livres a lu et a aimé

Le meurtre de Joseph Le Roy

le meutre de joseph le royJ’avais beaucoup aimé L’étrange secret de Marie Cloarec, (chronique à retrouver Ici), le polar qui m’a fait connaître Alex Nicol, dont vous pouvez retrouver l’interview ici). C’est donc avec un réel plaisir que j’ai commencé la lecture de son dernier roman, Le meurtre de Joseph Le Roy, paru aux Editions du 38. Plaisir d’abord de retrouver le héros récurrent, Gwenn Rosmadec, ancien journaliste, écrivain public, sympathique Breton roux flamboyant dont la vie semble prendre un malin plaisir à mettre sur son chemin des mystères et des meurtres inexpliqués. Plaisir de retrouver aussi Soizic, l’épouse de Gwenn, toujours prête à suivre et à aider son grand enfant de mari avec beaucoup d’indulgence et de dévouement. Avec beaucoup d’amour aussi.

Cette fois, nos héros s’envolent pour le grand ouest américain à la faveur d’un voyage gagné par Soizic à la tombola de La Voile Bretonne. Avec eux, six compagnons de voyage, leur guide américain, Allan, et le chauffeur du car, Pépé. Dès le début de leur périple, le couple Rosmadec est intrigué par l’un deux, Joseph Le Roy, maussade, voire déplaisant personnage, qui voyage accompagné de sa très jeune conquête, aussi extravertie que vulgaire et écervelée. Mais voilà que Joseph Le Roy est retrouvé mort dans les toilettes du car. Le coroner conclut à une crise cardiaque. Gwenn Rosmadec n’en croit rien. Surtout qu’un autre meurtre et d’autres accidents bizarres se succèdent. Et si un tueur particulièrement habile s’était glissé parmi les passagers du car ? En attendant, Allan est prêt à rendre son tablier : Jamais, il n’a connu un voyage aussi mouvementé. Il faut dire qu’il n’avait jamais eu, parmi ses touristes, Gwenn Rosmadec.

Cette nouvelle aventure de Gwenn Rosmadec tient toutes ses promesses. L’écriture et le ton sont légers, avec toujours cette pointe d’humour que j’apprécie particulièrement. On se laisse très facilement emporté par l’histoire, d’autant que l’auteur a soigné ses descriptions des paysages grandioses de l’ouest américain et que ses personnages sont vraiment bien croqués. On imagine qu’ils lui ont  été inspiré par des personnes réellement rencontrées et qu’il lui a juste fallu grossir le trait : Le couple d’amoureux féru de magasins de souvenirs, égoïste et égocentré, le solitaire et sa perche à selfie qui ne le quitte jamais, la gentille célibataire prête à se lier avec tout le monde, le bougon jamais content qui critique tout et tout le temps… Le suspens est, par ailleurs, très bien mené, avec un beau crescendo, de sorte qu’on a du mal à lâcher le livre. Avec un dernier rebondissement inattendu. Bref, un bon polar qui vous fera assurément passer un très bon moment de lecture. Sans prise de tête.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s