Publié dans Une femme et des livres a lu et a été déçue

Les gens heureux lisent et boivent du café

café

J’attendais beaucoup de Les gens heureux lisent et boivent du café, d’Agnès Martin-Lugand, paru aux Editions Michel Lafon, en 2013, et disponible en format poche. J’en attendais beaucoup parce que, je me souviens qu’à l’époque, ce roman avait connu un succès phénoménal. Et puis aussi parce que je trouve le titre vraiment joli et plein de promesses. La déception n’en a été que plus grande. D’ailleurs, je n’ai pas terminé ce livre. Un énième cliché à la page 92 a eu définitivement raison de ma patience.

Les gens heureux lisent et boivent du café est le nom choisi par l’héroïne pour le café littéraire qu’elle tient à Paris, avec son associé et meilleur ami. Homosexuel, évidemment. De nos jours, quelle femme un peu branchée, un peu bobo n’a pas de meilleur ami homosexuel ???? Premier cliché. A la lecture du roman, on se demande d’ailleurs très vite comment ce commerce n’a pas mis la clé sous la porte depuis longtemps : On apprend, en effet, que l’héroïne vit depuis un an cloîtrée chez elle suite au décès dans un accident de voiture de son mari et de sa fille et que son associé passe plus de temps à écumer les boîtes homo et à partir en virée avec ses amants de passage qu’à tenir la boutique. Diane, notre héroïne, est donc très malheureuse et ressasse à longueur de journées, les derniers instants passés avec son mari, à qui elle a pu parler une dernière fois dans les couloirs de l’hôpital, sur son brancard, avant qu’il ne ferme les yeux définitivement. Scène d’anthologie à faire pleurer dans les chaumières, où il ne manquait que les violons : « Colin, je ne peux pas te perdre », lui avais-je murmuré. « Tu n’es pas toute seule, tu as Clara et Felix va bien s’occuper de vous. Mon amour, tout va bien aller, tu vas être courageuse pour notre fille… » Même à Plus belle la vie, ils n’auraient pas osé. Bref… Mais, pour sortir de sa déprime, Diane a une idée : Elle va partir en Irlande, là où son mari rêvait de l’emmener. Elle a raison, Diane ! Les embruns, la lande mélancolique dans la brume, la mer déchaînée, les moutons et les pubs, rien de tel pour se remonter le moral ! Elle a de la chance, Diane ! Son mari a tellement été « prévoyant » (selon les termes de l’auteur) qu’elle n’a plus besoin de travailler pour vivre. Qu’elle en profite, c’est tellement rare que ça en devient carrément irréaliste. Mais continuons… Diane s’installe donc dans un coin paumé d’Irlande, où elle est accueillie à bras ouverts par la sympathique et envahissante (forcément) propriétaire du cottage qu’elle a loué. Elle est enchantée de ce lieu perdu au milieu de nulle part où elle pourra déprimer à sa guise, jusqu’au moment où elle a découvre qu’elle a un… voisin. Célibataire. Pas mal. Même beau sous ses airs un peu ours. De son âge. Du genre, empêcheur de déprimer en rond. La suite est bien évidemment cousue de fil blanc (en même temps, ça l’était depuis le début) : Diane et son mystérieux voisin passent leur temps à se disputer, à se détester, à s’engueuler, à s’injurier, à se menacer (ça dure une bonne cinquantaine de pages) avant, au détour d’une promenade dans la lande, de comprendre que finalement, l’un et l’autre sont très sympathiques, qu’ils ont même plein de points communs, et que ce serait bête de se quitter sans s’embrasser. Diane et son Irlandais vont-ils vieillir ensemble ? Je ne pourrais, hélas, pas répondre à cette question. J’ai lâché le livre à ce moment-là. C’est bien connu, trop de clichés tuent le cliché…

Il paraît que Les gens heureux lisent et boivent du café est en cours d’adaptation pour le cinéma. Je crois que je n’irai pas voir le film.

Publicités

2 commentaires sur « Les gens heureux lisent et boivent du café »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s