Publié dans Une femme et des livres donne la parole

Alexandra Le Dauphin, l’écriture comme catharsis

Vous avez forcément croisé en librairie l’un des trois livres qu’elle a publiés depuis deux ans. Avec Au boulot chômette et Célibataire ? Faut pas t’en faire !, deux romans humoristiques, Alexandra Le Dauphin a connu bien plus qu’un succès d’estime. La jeune auteure, rédactrice web dans le civil, a accepté de se dévoiler un peu plus pour les lecteurs de ce blog.

Stand (3)

Alexandra Le Dauphin, si nous commencions par vous présenter brièvement ? D’où êtes-vous ? Quelle est votre profession ? Et qu’aimez-vous dans la vie, à part l’écriture ?

« Alors, je suis une Bordelaise trentenaire. J’ai créé mon autoentreprise de rédaction web Drôle de Plume il y a 5 ans.  Je suis aussi chargée de communication à temps partiel pour l’enseigne Galaxy Concept depuis plus de deux ans. J’ai donc un double emploi après avoir galéré pendant plus d’un an pour trouver du travail. . Je suis également maman de deux enfants de 9 et 6 ans, mes rayons lumineux de chaque instant. Et pour terminer, je pratique la course à pied et le tennis, deux disciplines sportives indispensables à mon équilibre pour moi qui ai constamment besoin de bouger ».

Qu’est ce qui fait que vous en êtes venu à écrire des romans ? Est-ce que c’est parce que vous êtes passionnée par l’écriture depuis longtemps (et qui vous a peut-être aussi amené aussi à ce métier de rédactrice) ?

« Effectivement, l’écriture m’a aidée sur bien des plans. Elle était sûrement là depuis longtemps mais je n’avais pas encore pu mesurer son importance. Ce sont des événements personnels difficiles qui ont été le catalyseur de mon envie d’écrire. Comme lorsque ma fille est née très grande prématurée, avec un pronostic vital engagé. J’ai eu si peur de la perdre qu’à la sortie de l’hôpital, j’ai lâché toute mon angoisse, toute ma frustration en écrivant un premier texte que j’ai partagé avec des inconnus. Deux ans après, un licenciement pour motif économique a chamboulé toutes mes croyances : Et si, tout compte fait, je n’étais pas faite pour être assistante commerciale ? Et si l’écriture pouvait être plus qu’un simple passe-temps ? J’ai commencé à écrire sur ma recherche d’emploi sur un blog. Encouragée par mes amis et mon réseau, j’ai réussi à transformer ce chapitre de ma vie en livre.  Au boulot, Chômette !, mon premier roman, était né ! »

Diriez-vous que l’écriture est un vrai besoin au quotidien ?

« Oui, clairement ! Je passe ma journée à rédiger que ce soit pour les clients de ma petite boîte ou pour l’entreprise qui m’emploie. À aucun moment je ne vois cela comme une contrainte, bien au contraire ! J’ai enfin trouvé ma voie et j’ai besoin d’écrire ! »

Avez-vous des auteurs en modèle ? Des auteurs qui vous ont donné envie d’écrire ?

« J’adore Stephen King, c’est un maître ! Je serai bien incapable de décortiquer l’horreur comme il excelle à le faire : il est juste exceptionnel… Je communique ponctuellement avec l’écrivain Maxime Chattam qui est, pour le coup, un vrai modèle. J’aime ses écrits et sa façon de vivre. C’est un auteur résolument humain qui s’intéresse aux autres ! C’est d’ailleurs pour cette raison que je le remercie dans mon nouveau livre ».

Photo pro (1)

Quel est votre source d’inspiration ?

« Je m’inspire des scènes de la vie courante, de ce que me racontent mes amis. C’est une façon pour moi d’être proche du lecteur et de lui rappeler des choses qu’il connaît pour qu’on soit sur la même longueur d’ondes ! »

Et si nous parlions de vos livre ? Depuis 2014, vous en avez publié trois, deux sur le registre de l’humour et un autre pour le jeune public.

« Au boulot, Chômette !, sorti en juin 2014 aux éditions « La boîte à Pandore », est un témoignage humoristique sur le chômage. Je l’ai écrit en pensant à tous les demandeurs d’emploi qui vivent la même galère que celle que j’ai vécue. Je suis sûre que certains s’y sont retrouvés même s’il n’a pas d’autre prétention que celle de faire rire. Le chômage est une spirale négative qui a vite fait de nous aspirer vers le bas. Je voulais partager mon expérience et montrer comment je l’ai contournée en créant mon propre emploi. Il fallait véhiculer un message positif car les demandeurs d’emploi ont besoin d’y croire tout en restant pragmatiques et réalistes ! Avec Matéli fait son tri, paru en novembre 2015 chez Verte Plume éditions,  j’ai voulu traiter de l’écologie et du tri afin de sensibiliser les enfants à la protection de l’environnement. Enfin, mon tout dernier roman, Célibataire ? Faut pas t’en faire, vient de sortir en début d’année aux éditions Pixl. Il s’agit là encore d’un témoignage humoristique, sur le célibat cette fois. A l’heure où il y a une réelle pression sociale sur les célibataires, qui peut être très lourde à porter d’ailleurs, j’ai voulu surtout faire sourire avec des anecdotes improbables ».

Votre parcours d’auteur : Avez-vous galéré, comme la grande majorité des auteurs qui n’ont encore rien publié, avant de trouver une maison d’édition ? Comment cela s’est-il passé pour concrétiser vos différents projets littéraires ?

« Et bien bizarrement et heureusement, je n’ai pas vraiment galéré pour me faire éditer. Je suis consciente que c’est une chance incroyable. Pour Matéli et Au boulot, Chômette, plusieurs éditeurs étaient intéressés. Et pour Célibataire, faut pas t’en faire ! la maison d’édition avec laquelle j’ai signé l’a adopté de suite. Il m’a juste fallu remanier quelques phrases. Quant à savoir avec qui signer, je me suis fiée à mon instinct, tout simplement ».

Allez-vous à la rencontre de vos lecteurs ? Participez-vous à des séances de dédicaces ? Si oui, que vous apportent ces rencontres ? Avez-vous été plus particulièrement touchée par l’une d’entre elles ?

« Oui, j’essaie, même si c’est difficile. Je travaille dur en semaine puisque je gère à la fois la communication autour de mes livres mais aussi mes deux emplois. De ce fait, le week-end, j’ai surtout envie de profiter de mes enfants qui sont encore petits. Je ne peux donc pas toujours participer aux salons ou aux séances de dédicaces que l’on me propose. Mais il est évident que j’aime ces rencontres avec mes lecteurs. Ils ont tous leur anecdote à raconter et se livrent parfois facilement, en me faisant confiance. Je prends cela comme une belle récompense. J’ai été particulièrement touchée de rencontrer les parents d’une amie lors du dernier salon auquel j’ai participé. Ils sont venus me soutenir alors que je ne les avais pas vu depuis plus d’une décennie. Quel choc ! J’ai accusé le coup pendant plusieurs secondes, c’était une merveilleuse surprise ! »

Pour terminer, parlons de votre actualité : Avez-vous un manuscrit sur le feu en ce moment ?

« En réalité, j’ai trois projets d’histoires dans la tête, mais malheureusement,  je manque de temps pour m’atteler à leur rédaction  en ce moment. Il va sans doute falloir que je m’organise d’une autre façon si je veux réussir à écrire de nouveaux romans ! »

Merci Alexandra le Dauphin d’avoir répondu à mes questions. Si les lecteurs de ce blog souhaitent encore mieux vous connaître, je les invite à se rendre sur votre site : http://www.alexandra-ledauphin.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s