Publié dans Une femme et des livres se dévergonde

Oeuvres érotiques complètes de Jean-Claude Thibaud

jc thibaudAuteur aussi prolifique (notamment en textes de théâtre) qu’atypique, Jean-Claude Thibaud s’est mis, tardivement mais avec talent, à l’écriture de nouvelles érotiques. Publiées pour la première fois en 2012 et 2013, ses trois longues nouvelles viennent d’être compilées au sein d’un recueil Œuvres érotiques complètes, paru aux éditions Dominique Leroy, dans la collection e-ros.

Parmi elles, j’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour la troisième Chevauchements. Elle met en scène un professeur, spécialiste reconnu de Guy de Maupassant, écrivain à ses heures que le hasard met en présence d’une jeune femme dont il tombe immédiatement sous le charme. Il ne tarde pas à comprendre que la belle, passionnée de littérature, joue un drôle de jeu avec un soupirant, fou amoureux : Ce dernier, s’il veut conquérir son cœur, doit lui écrire une nouvelle érotique, en s’inspirant de textes de Guy de Maupassant, qui la fera brûler de désir. Or, la jeune femme est difficile et cruelle. Emu par le désarroi de cet homme, le professeur accepte de lui servir de nègre. Belle plume que celle de Jean-Claude Thibaud, qui ne se dépare ni de finesse, ni d’élégance même lorsqu’il décrit des scènes sexuelles très explicites. Cette nouvelle se lit très vite. Elle est bien servie par un suspens que l’auteur a parfaitement su mettre en scène et une chute originale qui prend de court. J’ai beaucoup aimé aussi le clin d’œil à Cyrano de Bergerac (Un homme qui écrit à la place d’un autre pour séduire), qui est sans doute l’un de mes textes classiques préférés et qui prouve combien le charme d’une belle plume peut être ravageur, et objet de tous les fantasmes.

Le talent littéraire de Jean-Claude Thibaud se révèle aussi dans les deux autres nouvelles du recueil : L’Oiseau des Pluies, qui se penche, avec émotion et tendresse, sur les amours saphiques par le biais d’une correspondance sensuelle entre deux femmes que le désir d’enfant vient tarauder. Avec une chute, là encore, aussi surprenante qu’inattendue. Enfin, avec La Résidante du palais, l’auteur tente une incursion réussie dans le fantastique, non sans humour, qui plus est, en créant un personnage, affublé au fond de la gorge, d’un appendice qui bande et se rétracte comme son jumeau. Contraint à une vie solitaire au fond des bois, trop honteux de cette particularité qui, croit-il, ferait fuir les femmes, notre héros est tout étonné le jour où il découvre que, de cette horreur, il peut faire un atout séduction dont les femmes raffolent.  C’est tordu, certes, mais c’est tellement joliment raconté.

Le recueil Œuvres érotiques complètes de Jean-Claude Thibaud est disponible sur http://www.dominiqueleroy.fr, en format numérique.

Jean-Claude Thibaud, passionné de musique classique, est auteur de pièces de théâtre et de nouvelles érotiques. Il vit actuellement à Dublin.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s