Publié dans Une femme et des livres a lu et a été déçue

La tentation Musso

tentation
@Leroy Merlin

Longtemps, je n’ai pas voulu lire Guillaume Musso. D’abord parce qu’on le compare systématiquement à Marc Lévy (j’ai essayé, j’ai pas aimé), ensuite, parce que sa surreprésentation médiatique me semblait suspecte. Enfin, parce que je me méfie toujours des auteurs qui sortent des romans à la chaîne, sans nous donner le temps de respirer entre deux best-sellers, et qui, bien que Français, situent leurs intrigues aux Etats-Unis (New-York de préférence) parce que ça fait mieux que Paris et la France. Peut-être.

Un jour, il n’y a pas si longtemps, j’ai tenté Guillaume Musso. C’était un jour sans. Un jour sans rien avoir à lire. Un jour triste, donc. Ce jour là, j’ai trouvé au fond de ma bibliothèque « Central Park » de Guillaume Musso. Je me suis alors souvenue qu’une amie m’avait prêté ce livre en m’en disant le plus grand bien. J’ai commencé « Central Park« … et je ne l’ai plus lâché. J’ai été bluffée par l’intrigue, par le suspens, par les rebondissements orchestrés au meilleur moment, par la simplicité de l’écriture. Par la chute finale aussi, à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Mais vraiment pas du tout. Refermant le livre, j’ai juste eu envie de dire : « Chapeau bas, l’artiste ! ». Bref, j’étais emballée et presqu’ennuyée d’avoir pensé tant de mal de Guillaume Musso.

C’est peut-être un défaut ? Quand je suis emballée, j’ai tendance à enchaîner. J’ai donc poursuivi ma découverte de cet auteur par « L’appel de l’ange« , puis « Et après« , piochant au hasard dans sa nombreuse bibliographie. Là encore, je n’ai pas été déçue. J’ai passé de très bons moments de lecture, sans prise de tête, toujours aussi amusée de me faire balader de fausse piste en fausse piste, même pas fâchée quand, croyant avoir déjoué l’intrigue un peu trop facilement, je m’apercevais qu’une petite phrase mettait par terre tout mon échafaudage.

Emballée je le fus, hélas, beaucoup moins en lisant « 7 ans après » et « La fille de papier« . Drôle de hasard qui me fait adorer trois romans de suite et détester les deux suivants. J’ai franchement été désolée par la niaiserie du premier, l’invraisemblance de l’histoire qui voit deux jeunes adolescents inventer un enlèvement qui les mène aux quatre coins de la planète pour réconcilier leurs parents divorcés. Je n’ai pas plus aimé le 2ème qui conte l’histoire d’un écrivain en perte d’inspiration tombant amoureux de son héroïne de fiction « tombée » d’une ligne inachevée du roman . Trop de clichés, trop de facilités, trop de mièvreries, trop de hasards qui font bien les choses et qui aboutissent à me faire soupirer d’ennui à toutes les pages…

Vous l’aurez compris, ma tentation Musso est donc mitigée. Pas sûr qu’après ces deux déceptions, on me reprenne à lire du Musso. A moins que vous n’arriviez pas me convaincre du contraire en me parlant de votre tentation Musso.

Publicités

2 commentaires sur « La tentation Musso »

  1. perso, j’adhère aux 2 auteurs, je trouve qu’ils sont rafraîchissants; intrigues et/ou histoires m’ont plut mais je n’ai pas trop d’ambitions en prenant un livre autre que de m’évader quelques heures et ça fonctionne avec ces 2 auteurs sans trop de réflexions, je me laisse porter 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s